MEDIAS : MEDI 1 FETE SES 30 ANNEES D’EXISTENCE

MEDIAS : MEDI 1 FETE SES 30 ANNEES D’EXISTENCE

332
0
PARTAGER

Medi 1, une station qui s’est toujours voulue internationale bien qu’elle soit d’essence et à capitaux : franco-marocains essentiellement. Ayant très tôt joué la carte du bilinguisme sous le générique « Medi1 une voix, 2 langues » la station tangéroise a pu, grâce à son positionnement spécifique, à sa large couverture géographique mais surtout grâce aux facilités en tous genres qui lui ont été généreusement octroyées par l’état marocain, se faire une place au soleil dans cette région de la méditerranée.
C’est donc par un beau matin en date du 8 Septembre 1980, que Radio Méditerranée Internationale a commencé à émettre en ondes moyennes par le biais d’émetteurs mis provisoirement à sa disposition par la RTM.. Les studios, eux, seront logés dans une coquette villa au centre même de Tanger à proximité du consulat de France, un lieu stratégique avait-on pour habitude de dire, dans un périmètre sécurisé.

A son lancement, Medi1, ne comprenait au niveau de l’effectif que quelques journalistes que l’on pouvait compter sur le bout des doigts, alors que pour l’encadrement, il aura fallu attendre trente ans pour voir un marocain prendre la direction générale de la radio et un autre , pur produit de la maison, celle de l’information. Pour cela, il aura fallu attendre le départ de l’ancien patron, le très controversé Pierre Casalta, qui aura dirigé Medi 1 d’une main de fer, et avec lequel l’histoire de cette dernière se confond intimement tellement il avait personnalisé son management et personnifié une autorité sans concessions sur le paysage radiophonique marocain.

Se qualifiant volontiers de « baroudeur » l’ancien patron français de cette radio avait en effet tout mis en œuvre, utilisant sans relâche et à la moindre occasion ses nombreux réseaux et appuis à Paris et Rabat, pour se prémunir et retarder l’échéance de la libéralisation des ondes radiophoniques afin de garder la main mise sur le marché publicitaire qui a profité, presque trente années durant à sa seule station.

Depuis l’avènement de la première vague des radios privées à capitaux marocains en 2006, la donne a beaucoup changé, puisque Medi 1 a perdu de sa suprématie en termes d’audience, de ressources publicitaires mais elle garde à l’évidence, une place à part puisqu’elle continue de disposer d’un fort potentiel en Algérie et en Tunisie. Le départ programmé de Pierre Casalta a été toutefois précipité par ses piètres résultats à la tête de la chaîne de télé satellitaire Medi 1 Sat et un changement d’actionnariat à Medi 1 qui faisait partie du tour de table de la première.

Après trente années d’existence, Medi 1, doit à présent compter pour sa survie sur de nouveaux challenges face aux défis d’Internet et des nouvelles radios privées marocaines qui revendiquent légitimement une part accrue du gâteau publicitaire et d’une audience à récupérer afin de rattraper le temps perdu. Le mythe de la radio tangéroise résistera-il à toutes ces velléités de reconquête.

 

Jalil Nouri

Commentaires