Mer de Chine méridionale : Washington exige l’arrêt «immédiat» des constructions d’îles

Mer de Chine méridionale : Washington exige l’arrêt «immédiat» des constructions d’îles

880
0
PARTAGER

Les Chinois mènent d’énormes opérations de remblaiement dans l’archipel disputé de Spratleys, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses.

«On ignore jusqu’où la Chine ira». Par la voix de son secrétaire à la Défense Ashton Carter, Washington a appelé samedi à l’«arrêt immédiat et durable» des travaux de construction par Pékin d’îles semi-artificielles en mer de Chine méridionale. «Par ces actions, la Chine n’est pas en phase avec les règles et les normes internationales», a justifié Ashton Carter depuis Singapour, où il assistait au forum annuel connu sous l’appellation «Dialogue Shangri-La» réunissant plusieurs hauts responsables militaires de la zone Asie-Pacifique. Selon lui, les travaux de construction ou d’agrandissement d’îlots nuisent à la sécurité dans la région Asie-Pacifique. Il a aussi averti que les soldats américains continueraient à pénétrer dans les «eaux internationales» de mer de Chine méridionale. Le survol de la zone par un avion espion américain avait déclenché la semaine dernère l’ire de la Chine.

«La paix et la stabilité s’effondreront»

Également présent au forum, le ministre de la Défense japonais, Gen Nakatani, a quant à lui averti que les prétentions de Pékin risquaient de plonger la région dans le chaos. «Si nous restons sans rien faire face à une situation contraire au droit, l’ordre tournera bientôt au désordre, et la paix et la stabilité s’effondreront», a dit le ministre nippon. «J’espère, et j’attends de tous les pays, dont la Chine, qu’ils se comportent en tant que puissances responsables», a ajouté Gen Nakatani. Lors d’une session de questions/réponses suivant le discours d’Ashton Carter, un responsable militaire chinois a rétorqué que ses critiques étaient «infondées et non constructives». «Je pense que les activités de la Chine sont légitimes, raisonnables et justifiées», a-t-il ajouté.

Une importance militaire stratégique

En cause: l’archipel des Spratleys, soit plus de 100 îlots, récifs et atolls situés à mi-chemin entre le Vietnam et les Philippines. Ces derniers constituent l’une des zones les plus disputées en raison de son importance militaire stratégique. Les Chinois y mènent actuellement d’énormes opérations de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses. «La Chine a créé plus de 800 hectares de terrain, soit plus que tous les autres pays ayant des revendications. Et la Chine l’a fait dans les seuls derniers 18 mois», a souligné Ashton Carter. L’Américain a tout de même reconnu que plusieurs voisins avaient également développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan avec un.

Les pays de la région redoutent un coup de force du géant chinois. Cette semaine, les autorités chinoises ont organisé une cérémonie pour la construction de deux phares sur des récifs de cette zone maritime. Et Pékin a récemment retiré deux pièces d’artillerie qu’elle venait de déployer un mois plus tôt sur un de ses îlots controversés. Selon des responsables militaires américains, cette artillerie ne posait pas directement de menaces de sécurité. Mais elle alimente les craintes que la Chine n’utilise ses îles artificielles à des fins militaires.

Source : lefigaro.fr

Commentaires