PARTAGER
Rien ne semble en mesure d’arrêter les dégâts que causent chaque année à l’approche de la fête de « Achoura » censée être un moment de jeux et de divertissement pour les enfants. Au fil des années, ces jeux sont devenus dangereux pour leur dangerosité et interdits pour leur usage dans l’espace public, de produits importés de Chine qui sèment la terreur.
On aura compris qu’il ne s’agit plus de simples pétards, mais de variantes causant plus un bruit terrifiant, raison pour laquelle , les enfants les appellent , « Messi » ou encore « Daech », ou plus généralement « Qanboula », autrement dit un explosif qui a envoyé des citoyens dans les hôpitaux et les cliniques.
Encore une fois, ce sont les enfants victimes d’assourdissements, les vieux  victimes de crises cardiaques et des femmes enceintes ayant perdu leur enfant qui , encore une fois cette année, ont payé le plus lourd tribut à ces attractions imbéciles.
Les incidents enregistrés marquent une nette aggravation aux quatre coins du pays alors que les services de police semblent dépassée par ce problème de sécurité publique face auquel il semble dépassés.
Si pour une simple rumeur de vente de poupées gonflables à usage sexuel a mobilisé un effectif impressionnant  pour retrouver la source de ce commerce, pour le commerce interdit des pétards pouvant causer la mort d’homme, seul un revendeur a été arrêté après plusieurs plaintes, alors qu’ils sont des milliers à vivre de ce commerce illicite de la mort durant cette période de fête de « Achoura ».

Commentaires