PARTAGER

Une guerre violente à l’abri des regards des utilisateurs des petits taxis rouges de Casablanca est livrée de plus en plus avec la manière forte pour attaquer leurs concurrents du service, VTC, concentré entre les mains de deux marques, Uber et Careem, qui s’inquiètent de la passivité des autorités et ne veulent pas attendre qu’un drame se produise, comme la mort d’homme, pour réagir.

Dans cette affaire épineuse, les autorités semblent déboussolés devant l’absence de tout
règlement ou loi entourant cette activité des voitures de transport à la demande par application qui connait un grand succès auprès des citoyens, bien que plus chers.

Les images sur les réseaux sociaux de chauffeurs de taxis menant une traque d’une concurrente du service VTC et proférant des menaces ont beaucoup choqué et poussent les usagers à se demander comment va se terminer cette traque dont ils pourraient également faire les frais.

La tension est montée d’un cran entre les deux parties concurrentes, depuis que des chauffeurs de petits taxis rouges se faisant passer au téléphone pour des clients du service VTC pour les piéger et les effrayer afin qu’ils renoncent à ce nouvelle activité qu’ils estiment préjudiciable à la leur, contre laquelle ils prévoient de passer à des actions encore plus violentes en paralysant la circulation à Casablanca.

Pour remettre de l’ordre dans ce désordre, les autorités ont exigé des chauffeurs de taxis qu’ils se mettent d’abord à niveau.

Commentaires