Mexique: Peña Nieto investi président veut réduire la pauvreté et l’insécurité

Mexique: Peña Nieto investi président veut réduire la pauvreté et l’insécurité

196
0
PARTAGER

La brève cérémonie d’investiture devant le Parlement mexicain a aussi été marqué par des protestations de députés de gauche à l’intérieur de la Chambre des députés.

L’investiture de Peña Nieto devant le Parlement pour la période 2012-2018 marque officiellement le retour au pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), qui avait exercé la présidence du pays sans interruption et sans partage de 1929 à 2000.

Elle intervient après douze ans de pouvoir du Parti action national (PAN, conservateur) avec Vicente Fox de 2000 à 2006 et Felipe Calderon de 2006 à 2012. Ce dernier lègue à Enrique Peña Nieto un pays en bonne santé économique mais confronté à une misère croissante et à une violence sans précédent, liée à la guerre lancée en 2006 contre les narcotrafiquants et qui a fait quelque 60.000 morts en 6 ans.

Après sa prestation de serment, le nouveau président a présenté au Palais national, devant les corps constitués mexicains et les délégations étrangères, un programme de gouvernement qui vise en premier lieu à s’attaquer à ces deux fléaux.

« Le premier objectif de mon gouvernement est d’avoir un Mexique en paix ». Pour cela il a préconisé de changer le « paradigme » du combat au crime organisé dans lequel on met « le citoyen et sa famille au centre des politiques de sécurité ».

Il a souligné aussi que cette paix ne pouvait être durable sans combat contre la misère: « Il n’y aura pas de sécurité, s’il n’y a pas de justice et le Mexique doit combattre la pauvreté et l’inégalité ». « Le crime ne se combat pas seulement avec la force, mais il est indispensable que l’Etat rétablisse le tissu social ».

Ce programme comprend en particulier l’annonce d’une campagne contre la faim et la mise en place d’une réforme constitutionnelle en matière pénale pour faire face à l’impunité dont souffre le Mexique.

Auparavant, lors de la cérémonie d’investiture, le président sortant Felipe Calderon, a retiré son écharpe présidentielle aux trois couleurs vert, blanc et rouge du drapeau mexicain pour la remettre à son successeur. Durant les quelques minutes de la cérémonie, les députés de gauche l’ont hué et sifflé tandis que les autres députés scandaient « Mexique! Mexique! ».

A l’intérieur de la Chambre des députés, une immense banderole noire portant des croix blanches, avec pour légende « Le Mexique en deuil », avait été placée en allusion à la guerre contre la drogue. Certains parlementaires portaient une pancarte sur laquelle était écrit « Peña Nieto candidat de téléprompteur, président fabriqué ».

Dans les rues avoisinantes de la Chambre des députés, quelque 3.000 manifestants s’étaient rassemblées et quelques centaines ont tenté de renverser les protections métalliques entourant le secteur, lançant cocktails molotov, fumigènes, pierres et pétards contre les forces de l’ordre.

Selon les services d’urgence, il y a eu une vingtaine de blessés au cours des affrontements, dont cinq policiers.

L’élection présidentielle du 1er juillet avait été marquée par la contestation en justice du candidat de la gauche, Andres Lopez Manuel Obrador, des résultats de l’élection présidentielle, validés finalement le Tribunal électoral.

 

AFP/ actu-maroc.com

Commentaires