PARTAGER
Un bref récapitulatif de toutes les crises diplomatiques enregistrées par le Maroc en confrontation directe avec des parties diverses, montre malheureusement qu’une multiplication vertigineuse a eu lieu depuis l’arrivée de Salaheddine Mezouar à la tête de la diplomatie marocaine.Est-ce par son manque d’expérience ou simplement en raison d’une conjonction d’aléas.
Si le ministre n’est pas à blâmer pour son inexpérience, son défaut majeur restera son manque d’anticipation en tout état de cause. Pour ne prendre que le cas de la crise actuelle avec l’Union Européenne ou avant elle , celle réglée depuis avec la Suède, le moins que l’on puisse dire est que le ministre des affaires étrangères et de la coopération n’a pas voulu ou n’a pas su interpréter les signes annonciateurs de difficultés à venir en raison de son défaut rédhibitoire de ne pas tenir compte des avis et des mises en garde de diplomates chevronnés et clairvoyants dont son département peut se vanter.
Outre la multiplication de ces incidents avec certains pays comme celui survenu avec gravité et pour la première fois depuis longtemps avec la France, on ne pourra pas dire que Mezouar, peut se targuer d’avoir renforcé les relations avec les pays proches du Maroc ni créer de nouvelles opportunités au travers de relations bilatérales comme si l’homme se contentait de gèrer les affaires courantes, sans aucune imagination initiative, se contentant du minimum syndical d’un chef de diplomatie.
Par Jalil Nouri
actu-maroc.com

Commentaires