PARTAGER
Le président du RNI, le Rassemblement National des Indépendants, un membre de la coalition gouvernementale dirigée par les islamistes du PJD a littéralement surpris le parlement de sa formation durant ce week-end qui était réuni en conclave, en s’en prenant ouvertement e sans mâcher ses mots à l’actuel chef du gouvernement et son allié, Abdelilah Benkirane.
Mezouar, le chef de la diplomatie n’y est pas allé de main morte pour asséner quelques vérités amères au leader islamiste du PJD qu’il a accusé d’avoir mené le gouvernement à l’échec dans la gestion de nombreux dossiers prioritaires comme la réforme du système des retraites et de l’enseignement, le dialogue sociale en se disant favorable au principe des grèves générales décidées par les syndicats ainsi qu’avec les revendications des enseignants stagiaires en guerre contre l’exécutif. mais l’attaque la plus violente quand le chef du RNi a qualifié les islamistes d’hégémonismes qui souhaitent mettre la main sur la scène politique et dicter aux marocains comment penser, s’habiller et ce qu’ils doivent voir à la télévision. Cette sortie inattendue et remarquée laisse penser que Mezouar prépare une rupture avec l’actuelle coalition gouvernementale en vue de l’après-élections du 7 octobre prochain pur former avec le PAM, un bloc anti-PJD, qui ne dit pas son nom et dont les préparatifs sont déjà engagés; car rien d’autre ne pourrait justifier cette charge violente contre Benkirane.

Commentaires