PARTAGER

Soucieux de faire profiter au maximum son parti du cadeau électoral pour placer des membres influents à la tête de grandes villes ou de régions, le président du RNI et chef de la diplomatie, Salaheddine Mezouar, ne cesse depuis la proclamation des résultats des élections, de ruer dans les brancards pour faire céder le parti islamiste du PJD. Ce dernier se refuse à tout compromis devant les demandes insistantes du premier.

Mezouar demande pour la continuité de la présence de son parti au sein de la coalition gouvernementale, pas moins de trois régions et la ville de Tétouan qu’il n’a pas remporté. Il s’agit des régions de Rabat, Souss-Massa et Tafilalet-Drâa ainsi que la ville de Tétouan et Salé pour répondre aux appétits politiques de certains dirigeants du parti de la « Colombe » très attachés sentimentalement à ces villes et régions convoitées. La démarche et cette forme de chantage déplaît fortement au chef du gouvernement,, assailli par les autres chefs des partis de la majorité, demandeurs des mêmes avantages pour continuer à le soutenir. Pris entre le marteau et l’enclume, vu que son parti est contre ces marchandages, Abdelilah Benkirane en appelle tous à la raison, mais sans succès pour l’instant.

Commentaires