Mme Benkhadra expose à Londres la stratégie du Maroc dans le domaine...

Mme Benkhadra expose à Londres la stratégie du Maroc dans le domaine énergétique

262
0
PARTAGER

« Nous sommes en train de changer nos modes de production et de consommation et initier des réformes dans le but de mettre en place un nouveau système énergétique », a dit Mme Benkhadra, qui intervenait lors d’une conférence tenue au siège de l’institut royal des affaires internationales (Chatham House) sur les perspectives d’investissement dans le secteur énergétique dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

La conférence a vu la participation de plusieurs personnalités dont l’ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, Chrifa Lalla Joumala, et l’ambassadeur britannique au Maroc, M. Tim Morris.

La ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, qui intervenait dans le cadre d’un panel d’experts sur les perspectives énergétiques en Afrique du nord, a rappelé l’adoption en mars 2009 de la nouvelle stratégie nationale dans le domaine de l’énergie, qui vise à offrir à l’économie et à la population des ressources énergétiques suffisantes et fiables tout en préservant l’environnement.

« Il s’agit d’une stratégie ambitieuse et réaliste », a indiqué Mme Benkhadra, relevant que l’énergie renouvelable, tout comme l’efficience énergétique, occupe une place importante dans le cadre de cette stratégie.

Ainsi, la responsable a précisé que la part du pétrole dans la consommation sera réduite de 61 pc actuellement à seulement 44 pc en 2020.

De son coté, la part des énergies renouvelables sera portée de 2 pc en 2008 à 12 pc en 2020 et plus de 20 pc en 2030, a-t-elle dit, ajoutant : « Nous disposons des atouts nécessaires pour atteindre cet objectif d’autant plus que nous avons un potentiel considérable en matière d’énergie solaire et éolienne ».

Un vaste programme d’énergie solaire, d’une capacité de 2000 MW, sera parachevé en 2020 au niveau de cinq sites, a dit la ministre, notant que le cout global du projet est estimé à environ 9 milliards de dollars.

La ministre a, rappelé, dans ce contexte, la mise en place de la Moroccan Agency for Solar Energy en vue de superviser la mise en Âœuvre du projet d’énergie solaire.

Elle a également présenté devant l’assistance le programme de développement de l’énergie éolienne, dont le cout s’élève à environ 3,5 milliards de dollars.

+ Le Maroc, un hub important

Mme Benkhadra a, par ailleurs, souligné que le Maroc, de par sa position géographique, est en passe de devenir « un hub important » pour le renforcement des échanges entre les pays du pourtour méditerranéen et ce, grâce au renforcement des interconnexions que le pays a développées avec l’Espagne et l’Algérie.

L’intégration au sein du plan méditerranéen de l’énergie solaire ainsi que les initiatives Desertec et Transgreen ne manqueront pas de promouvoir la synergie nécessaire pour le développement des énergies solaire et éolienne dans l’espace euro-méditerranéen, permettant au Maroc et à la région MENA d’exporter une électricité propre à l’Europe, a poursuivi Mme Benkhadra.

La ministre a, d’autre part, passé en revue les mesures prises par le Maroc pour renforcer le cadre législatif et le mettre en phase avec les importants projets de développement lancés dans ce secteur.

+ Le Maroc bien positionné pour jouer un rôle important au sein de la nouvelle alliance euro-méditerranéenne

Retraçant les efforts consentis par le Maroc pour le renforcement de l’intégration de la région MENA au sein de cet espace, Mme Benkhadra, qui a qualifié d' »impératif » une telle intégration, a relevé que le Royaume, grâce au statut avancé dont il jouit au sein de l’UE, est bien positionné pour jouer un rôle important au sein de la nouvelle alliance euro-méditerranéenne.

De par sa proximité géographique avec l’Europe et sa position privilégiée dans le monde arabe et en Afrique, le Maroc représente une terre de dialogue, de convergence, de tolérance et de paix, a-t-elle enchainé, soulignant les importants pas franchis par le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, dans les domaines économique et du développement social.

Ce grand chantier de développement permet de concilier la croissance économique, le partage équitable de la richesse, l’équité sociale, la solidarité régionale, la préservation de l’environnement et l’adaptation aux changements climatiques, a-t-elle dit, mettant en évidence les résultats probants que le Maroc a réalisés en termes de croissance économique, qui dépasse les 5 pc annuellement.

L’économie marocaine, qui a fait montre d’une forte résilience face à la crise internationale, a réalisé des taux de croissance de 6,5 pc en 2008 et 5,3 pc en 2009, a-t-elle expliqué, notant que ce grand développement a entrainé une hausse rapide des besoins énergétiques.

Commentaires