Maison A la une Mobilisation contre l’exercice illégal de la profession « dentiste »

Mobilisation contre l’exercice illégal de la profession « dentiste »

702
0
PARTAGER

L’Ordre national des médecins dentistes (ONMD) a plaidé pour davantage d’efforts, impliquant aussi bien les autorités gouvernementales et judiciaires que les citoyens, afin d’éradiquer l’exercice illégal de la médecine dentaire. Dans un communiqué rendu public par l’ONMD, les professionnels du métier mettent en garde contre la multiplication des plaintes reçues au niveau de l’ordre par des citoyens ayant reçu des soins dentaires par des pratiquants illégaux dans plusieurs villes du Royaume, notamment Ouazzane, Midelt, Casablanca, Imzouren, Marrakech et Kénitra. Il s’agit là d’une transgression claire de la loi en vigueur et de surcroît d’une situation qui représente un risque pour la santé des citoyens. À cet égard, l’ONMD affirme qu’il veille, conformément à la loi n°07.05, à soulever tous les cas reçus d’exercice illégal de la médecine dentaire aux procureurs du Roi concernés.
«Saluant les autorités publiques et judiciaires qui accomplissent les tâches qui leur sont confiées dans de tels incidents», l’ONMD exhorte «les autres parties prenantes à protéger la santé des citoyens».
Dans ce sens, l’ONMD sollicite les autorités publiques pour intervenir fermement et de manière décisive et sérieuse afin d’éradiquer cette menace pour la santé et pour préserver le droit au traitement et aux soins de santé pour tous les citoyens sur un pied d’égalité. Il appelle également à prendre les mesures nécessaires afin de fermer définitivement les locaux destinés à cette pratique et à engager les poursuites judiciaires contre les contrevenants et punir tous ceux qui contribuent à toute violation des lois et règlements en vigueur.

Tout en rappelant que le processus d’examen, de diagnostic, de prise des mesures et de mise de prothèses dentaires s’inscrivent dans les tâches confiées exclusivement aux médecins dentistes et qui ne peuvent, ainsi, être exercées que par une personne titulaire d’un doctorat en médecine dentaire inscrite au tableau de l’ONMD, l’ordre incite les citoyens à «s’assurer du fait que la personne qui leur fournira des soins dentaires soit effectivement un médecin dentiste inscrit au tableau de l’Ordre à travers la plaque professionnelle affichée à la porte de son cabinet, qui doit porter le numéro d’inscription dans l’ordre». De plus, toute personne ayant remarqué une quelconque anomalie est priée de contacter le Conseil national de l’Ordre, ou l’un de ses Conseils régionaux (Nord ou Sud) et de soulever chaque cas d’exercice illégal devant les autorités judiciaires compétentes.

De même, l’ONMD tient à rappeler que la fabrication et la restauration des prothèses dentaires par les prothésistes autorisés ne se font qu’à la demande et sous la supervision du médecin dentiste, et selon les mesures, les instructions et les détails déterminés par ce dernier.

À travers cette mise au point, l’ONMD renouvelle donc son appel à l’appui du ministère de la Santé, de l’Intérieur et de la Justice, ainsi que toutes les parties concernées, pour prendre les mesures nécessaires «afin de fermer définitivement ces coins clandestins, saisir les équipements, machines et matériaux destinés à l’utilisation exclusive du médecin dentiste, activer les poursuites judiciaires contre les contrevenants et punir tous ceux qui contribuent à toute violation des lois et règlements en vigueur». Des mesures qui semblent urgentes et nécessaires pour éradiquer ce phénomène et protéger les citoyens.

Commentaires