PARTAGER

Alors qu’il était avancé qu’une audience serait accordée au chef du gouvernement désigné Abdelilah Benkirane au début de cette semaine, le roi Mohammed VI a tenu à envoyer des messages clairs devant le blocage de la formation.

Il envoie deux de ses conseillers non pas au domicile, mais au siège du gouvernement. Ce n’est pas Fouad Ali El Himma , son plus proche conseiller généralement chargé des questions politiques, mais Abdeltif Mennouni , un conseiller constitutionnaliste et un second, Omar Kabbaj, chargé des dossiers économiques afin de bien montrer l’urgence de la situation et que le pays ne peut plus être accroché à des tractations interminables.

L’autre message à retenir et le premier que toute la classe politique a bien assimilé, est que le souverain s’en tiendra à sa position initiale, à savoir qu’il n’interviendra pas dans les tractations politiques pour débloquer la situation mais c’est au chef du gouvernement désigné et à lui seul de trouver l’issue.

Enfin, il faut croire que le dernier message transmis à Benkirane par les deux conseillers royaux sonne comme une mise en garde pour lui signifier ce que prévoit la constitution en cas de poursuite de ce blocage et ce qu’il en coute au pays au niveau économique. A Benkirane de saisir ce message et de trancher dans le vif dans les plus brefs délais.

Commentaires