PARTAGER

L’acte de décès des salles de cinéma dans le royaume est déjà signé et seule une dizaine d’entre elles répondant au statut de la modernité induite par le numérique échapperont de ce terrible constat pour un pays qui se veut une destination incontournable du cinéma mondial pour les tournages des superproduction hollywoodiennes.

Faute de rentabilité et en raison de la spéculation immobilière, la grande majorité d’entre elles ont baissé le rideau alors qu’une poignée d’entre elles ont fait le pari de la survie en investissant dans la restauration des salles et par l’acquisition de moyens de projection numériques.Un choix qui s’est avéré payant pour la plupart de ces derniers qui tout en augmentant le prix des tickets, ont vu la fréquentation passer du simple au double, parfois au triple, alors que ceux qui ont opté pour le modèle des multiplexes comme les salles du « Mégarama » ont vu leur « business modèle » s’avérer payant pour s’étendre à travers plusieurs villes du pays. Pourtant, l’état qui a senti le premier ce danger pour la culture, a pris les devants pour desserrer les cordons de la bourse et accorder généreusement des aides conséquentes pour tous ceux qui ont fait le choix de la modernisation de leurs salles. Mais ces propriétaires de salle ne se sont pas bousculés aux portillons au grand désespoir du CCM, le Centre Cinématographique Marocain, qui assiste impuissant à cette disparition annoncée de salles, dont certaines sont de plus des bijoux d’architecture méritant un meilleur sort comme celui de monument relevant du patrimoine national.

Commentaires