PARTAGER
Il n’y a pas que le consulat du Maroc à Tarragon en Espagne qui a fait l’objet de graffitis hostiles aux marocains mais également plusieurs lieux de prières et principalement des mosquées dans plusieurs villes y compris une, dans la capitale, Madrid.
Un sentiment d’hostilité à l’égard des marocains est devenu de plus en plus perceptible depuis les attentats en Catalogne de ces trois derniers jours qui font croire à une reprise des actes de vengeance symboliques à l’égard de toute la communauté marocaine établie dans la péninsule ibérique dont sont issus les terroristes.
En Espagne, comme ailleurs en Europe dans les pays -cibles d’actes terroristes, il est devenu normal qu’au lendemain d’attaques de la part de membres affiliés à Daech, des parties de la population se retournent contre les étrangers vivant sur leur sol et qui ne sont pour rien dans cette violence aveugle.
L’indifférence des autorités face à la manifestation d’expressions de xénophobie et d’islamophobie donne à ces autres victimes du terrorisme, un sentiment d’abandon de la part de leurs pays d’origine et éprouvent de sérieuses craintes dans les pays d’accueil où pourtant, ils sont les premiers à sortir exprimer leur refus du terrorisme qui fait des victimes innocentes et qui les pousse à se cacher pour éviter d’être pris à partie , comme s’ils avaient une part de responsabilité dans les actes de violence barbare commis au nom de leur religion par des extrémistes fanatiques.

Commentaires