Municipalité d’El Jadida: Après le rapport d’audit, l’heure des comptes a sonné...

Municipalité d’El Jadida: Après le rapport d’audit, l’heure des comptes a sonné ?

492
0
PARTAGER

Les anomalies relevées par les magistrats de la Cour des Comptes sont nombreux. A commencer par des situations fictives pour débloquer des fonds sur des travaux de construction, sur des entretiens de bâtiments communaux non réalisés réellement sur le terrain et des fournitures injustifiées. Il a été relevé que ces marchés sont presque exclusivement accordés aux mêmes sociétés. Pour la circonstance, des élus procèdent à la création de sociétés écran sous couvert de leurs proches. Le rapport relève des faits étonnants, notamment des travaux d’aménagement et de renforcement de voirie entamés bien avant l’ouverture des plis. Une flagrante violation des règles de la concurrence relatives aux marchés publics comme noté par les magistrats. Les dépenses effectuées sans justification sont nombreuses.

 

Autre exemple, le festival estival organisé par la commune durant la période du 15 juillet au 15 août 2004. Malgré les surfacturations, aucun document n’a été produit pour expliquer la dépense de 233.457,7 DH. De même, la commune s’est endettée pour régler des dépenses injustifiées telles que la consommation d’eau, d’électricité, du téléphone (aberration) des domiciles de certains subalternes du gouverneur. Le tout aux frais du contribuable. De même, le carburant et les pièces de rechanges sont accordés gracieusement à des représentants d’autorités locales, à des personnalités et à des particuliers. A cet effet, la commune a payé 1.178.354 DH. Autre exemple, des meubles pour le bureau du premier adjoint du gouverneur (téléviseur, réfrigérateur…) avec 99.000 DH. En plus de meubles pour son logement pour 98.700 DH.

La liste des aberrations relevées par les enquêteurs est longue et étonnante. Des loyers pour logement de fonctionnaires municipaux et agents d’autorité nécessitent annuellement 1.365.600 DH. Les magistrats ont de même relevé le caractère fictif de plusieurs prestations. Comme pour l’achat de meubles pour la maison d’hôte pour 99.243 DH et d’ustensiles de cuisine pour un montant de 156.072 DH. L’ensemble de ces équipements a disparu après le départ de l’ex-président. La commune a également mandaté des dépenses pour l’achat de journaux au profit d’un soi disant exploitant d’un kiosque inexistant pour un total de 55.890 DH. Autre aberration relevée, la municipalité a construit 3 Cafés avenue Nabeul face à la plage et qui ont été accordés gratuitement en 2006/2007. Un des bénéficiaires actuels n’est autre que… le frère du président de l’époque.

La gestion des recettes de la municipalité est entachée d’irrégularités très flagrantes. Assurément, la liste est encore longue et les enquêteurs de la police judiciaire ont du pain sur la planche. Comme pour l’occupation gratuitement et sans appel d’offres du stade municipal Lachhab pour l’organisation d’une foire commerciale en 2007. La transaction se serait déroulée à l’époque en sous main. L’affermage de ce même stade a eu lieu pour 1.605.000 DH pour l’été 2008 et 2.250.000 DH pour l’été 2009. Autre situation aberrante, le camping international d’une superficie de 68.375 m2 qui est exploité illégalement depuis 2006.

Mohamed LOKHNATI

 

Commentaires