PARTAGER
Alors qu’il est presque acquis que Abdelilah Benkirane ne dirigera plus le parti du PJD après la tenue du prochain congrès qui a été reporté à 2017 pour lui permettre d’espérer rester chef du gouvernement après les élections législatives du 7 octobre prochain, Mustapha Ramid, l’actuel ministre de la justice et des libertés, est bien parti pour diriger cette formation.
Il est loin le temps où cet avocat de formation avait fini par agacer le même Benkirane qui avait fini par l’éloigner de la présidence du groupe parlementaire islamiste en raison de ses positions et ses déclarations jugées politiquement incorrectes. Dans un retournement de situation dont il a seul le secret, Benkirane n’a pas hésité à déclarer qu’il demanderait de garder Ramid au même poste dans le prochain gouvernement, en raison, avait-il  avancé des résultats de son travail qu’aucun autre ministre ne pourra prétendre égaler.
Il est vrai que l’intéressé a bien tenu sa maison de la justice bien que l’on ne remarque pas toujours concrètement les résultats, comme ses réformes qui tardent dans leurs mise en œuvre. De plus, l’homme s’est mis à dos de larges franges de la profession après avoir assaini plusieurs corps et mis fin aux abus avec plus ou moins de réussite, au point de ne pas laisser indifférents et de devenir un modèle au sein de son parti, le PJD.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires