PARTAGER
S’il est un membre du gouvernement actuel qui a fait de la devise »Le Silence est d’Or », c’est bel et bien l’islamiste, Mustapha Ramid, le ministre d’état chargé des droits de l’homme, passé du département de la justice dans le précédent gouvernement à son poste actuel, pour le garder en tant que poids lourd de son parti du PJD et lui confier un portefeuille sur mesure pour celui qui avait crée, avant de devenir ministre et du temps où il était député et avocat, une association de défense des détenus islamistes. Cette période est révolue et les choses ont bien changé dans son environnement. Au moment où les arrestations se poursuivent en masse et à l’aveuglette dans le Rif et où des accusations de torture des détenus commencent à faire les choux gras de la presse étrangère qui ne connait pas de limites dans son hostilité au Maroc que par l’ornière des abus et des violations de la loi, le ministre qui devrait être au front regarde ailleurs, pratique la politique des abonnés absents et garde un mutisme douteux.
Il est vrai qu’il peut se cacher derrière la présence active des membres du CNDH, le Conseil National des Droits de l’Homme, qui a pris l’initiative d’aller enquêter auprès des détenus sur les supposés cas de torture rapportées ici et là jusqu’aux instances internationales en charge des droits de l’homme qui demandent une réaction officielle de l’état marocain. Comme il le fait avec les médias nationaux, le ministre Mustapha Ramid préfère garder le silence. Jusqu’à quand? Lui seul connait laréponse, si réponse il y a avec cette loi dusilence érigée en politique de communication.

Commentaires