PARTAGER

Après avoir été annoncée officiellement en février dernier, la liste des nouveaux ambassadeurs résultant du plus vaste mouvement de la diplomatie marocaine , continue de susciter bien des interrogations puisque la plupart des diplomates n’ont été ni reçus en audience par le roi Mohammed VI , encore moins regagné leurs postes à travers le monde.

De quoi alimenter les discussions au sein du ministère des affaires étrangères qui vont jusqu’à évoquer les réticences de certains pays à accorder leurs accréditations aux ambassadeurs proposés par le royaume, des corrections apportées au casting initial avec des changements de bénéficiaires pour incompatibilité, alors que le cas le plus énigmatique reste celui de l’actuel ambassadeur du Maroc au Chili, Abdelkader Chaoui, qui a refusé de rejoindre son nouveau poste  à Pretoria en Afrique du Sud où il a été nommé en février dernier et ce, pour des considérations personnelles.

Toutes ces informations restent de simples rumeurs sans fondements, mais toujours est-il que de nombreux postes sont toujours vacants dans plusieurs régions du monde, comme c’est le cas à Washington, la capitale la plus importante pour la diplomatie marocaine, où l’on attend toujours l’arrivée de l’ambassadrice Lalla Joumana Alaoui, au moment où les relations avec les États-Unis sont dans une phase très délicate.

Commentaires