PARTAGER
Le réalisateur franco-marocain fortement critiqué pour les thèmes osés traités dans certains de se films fait actuellement l’unanimité de toute la profession contre lui après que sa dernière production « Razzia » ait été choisie par le Centre Cinématographique Marocain, pour représenter le pays à la compétition des « Oscars » aux États-Unis dans la catégorie des œuvres étrangères qui reste d’un niveau élevé et fortement disputée. Les adversaires de Nabyl Ayouch, lui reprochent d’avoir bénéficié d’un coup de pouce et se mobilisent contre le favoritisme dont ne cesse de bénéficier le réalisateur du très controversé et interdit de projection « Zine Li Fik » avec la sulfureuse Loubna Abidar, devenue une paria dans son propre pays.
Après la colère suscitée par le choix d’une commission qui s’est porté sur son nouveau film, le ministre de la communication a ordonné une enquête pour déterminer si Ayouch a effectivement été avantagé par cette dernière comme l’est sa société de production dans les télévisions publiques où il est connu pour truster tous les appels d’offres importants lancé annuellement qui lui assurent de gros bénéfices au détriment d’autres réalisateurs qui s’interrogent sur les raisons précises de ce statut d’enfant gâté de la production cinématographique et télévisuelle.

Commentaires