PARTAGER

Depuis le dernier sommet de l’Union Africaine, toujours dans les mémoires, le ministre délégué aux affaires étrangères , Nasser Bourita, a le vent en poupe et donne l’impression d’avoir doublé son patron, Salaheddine Mezouar pour devenir le vrai chef de la diplomatie marocaine.

Homme de dossiers et fin technicien des subtilités diplomatiques et juridiques internationales, l’ancien secrétaire général du ministère des affaires étrangères et de la coopération, devenu ministre délégué depuis bientôt un an, a su s’imposer ces dernières semaines pour marquer son territoire et affirmer ses ambitions de devenir chef de la diplomatie à part entière dans le prochain gouvernement.

Dès que les questions se posent sur le sens de la réintégration au sein de l’Unité Africaine, c’est Bourita qui répond du tac au tac aux adversaires du Maroc et dès que le froid s’installe entre le royaume et l’Union Européenne , c’est encore Bourita qui atterrit à Bruxelles, lui qui a la maîtrise parfaite de ce dossier sensible dont les arcanes semblent échapper au ministre Mezouar au profit de son délégué qui aurait d’ailleurs géré toutes les urgences diplomatiques de ces derniers mois, pour gravir, au final, tous les échelons et s’imposer.

Commentaires