Naufrage du «Costa Concordia»: première audience procédurale

Naufrage du «Costa Concordia»: première audience procédurale

134
0
PARTAGER

La nuit venait de tomber quand ce géant de mer, toute lumière allumée, s’est fait harponner par un récif à quelques encablures du port de Giglio. Il frôlait la côte pour saluer les habitants de cette petite île italienne, une manœuvre baptisée l’inchino (« la révérence »).

La coque déchirée prend l’eau mais le commandant, Francesco Schettino, va mettre une heure avant d’ordonner l’évacuation. Le Costa Concordia, échoué près de la côte, se couche sur le flan, les lumières se sont déjà éteintes et c’est dans l’obscurité que les 4 229 passagers tentent de quitter le bateau.

Les membres d’équipage, ils sont un peu plus d’un millier, et les 3 200 touristes de 60 nationalités différentes ont du mal à se comprendre, tous ne pourront pas monter dans les canots de sauvetage. Certains rejoindront l’île à la nage, d’autres n’y parviendront pas ou resteront bloqués dans leur cabine. Bilan de la catastrophe : 32 morts.

Le commandant Francesco Schettino, que les Italiens surnomment « le capitaine-poltron », est accusé d’abandon de navire. Il a été l’un des premiers à rejoindre la côte et prétend être tombé dans le canot de sauvetage. Il devra répondre de ses actes devant les juges avec cinq membres de son équipage. Trois dirigeants de la compagnie Costa sont également poursuivis pour homicide par imprudence, naufrage et défaut de communication aux autorités maritimes. Francesco Schettino n’assistera pas à cette audience procédurale, il craint pour sa sécurité.

 

 

 

rfi_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires