Norvège: les musulmans soulagés que ce ne soit pas un attentat islamiste

Norvège: les musulmans soulagés que ce ne soit pas un attentat islamiste

147
0
PARTAGER

Vendredi dans les heures suivant la double attaque, « toutes les pistes étaient envisagées », y compris celle de l’attentat islamiste.

Dans un rapport rendu public en début d’année, la sécurité intérieure norvégienne redoutait d’ailleurs principalement une attaque islamiste sur son sol mais ne considérait pas l’extrême droite comme une « menace sérieuse ».

C’est pourtant un Norvégien de 32 ans, qui s’appelle Anders Behring Breivik, « fondamentaliste chrétien » et proche de l’extrême droite, qui est arrêté en tant que suspect.

Dans les rues d’Oslo, la communauté musulmane a vécu les premières heures avec la crainte d’être « montrée du doigt ».

« Vendredi, après l’explosion, je n’ai pas travaillé, je suis resté à la maison », explique Muhammad Ali Farah, 30 ans né à Mogadicio. « J’avais peur, comme tous les taxis. Vous savez, ici, 99,7% des chauffeurs sont des immigrés. Tout le monde pensait que c’était des islamistes », ajoute-t-il.

« Mon chef est pakistanais, il a compris, il connaît le problème. Je n’ai repris le travail que samedi », raconte le chauffeur.

« Je me sens norvégien, je suis né ici, mais je suis d’origine marocaine. Pourtant, c’est vrai que tout le monde a tout de suite pensé à une attaque islamiste, on nous montre du doigt », selon Namir Atif, 30 ans.

« Il n’y a qu’à voir la tête du ministre de la Justice lorsqu’un journaliste a demandé si le suspect est islamiste et qu’il a répondu +Non, c’est un Norvégien d’origine+, il avait presque de la peine que ce ne soit pas un étranger », s’agace le jeune homme.

Naïma, qui ne souhaite pas donner son nom, originaire également du Maroc, est arrivée à Oslo il y a trois mois. Elle s’y sent « tranquille » mais s’est « tout de suite inquiétée après l’attentat ».

D’abord parce qu’elle habite non loin de l’endroit où une bombe a frappé le quartier des ministères, faisant sept morts. Ensuite parce qu’elle a tout de suite pensé que la communauté musulmane qui vit juste à côté des lieux allait être soupçonnée.

« Ils ont arrêté un Marocain quelques heures après, comme ça, sans raison », assure un jeune Tunisien qui refuse de donner son nom « parce qu'(il) n’a pas de papiers ».

Attablé à la terrasse d’un café avec d’autres amis dans la même situation, il s’énerve que la communauté musulmane « soit tout le temps désignée coupable dès qu’il y a une bombe qui explose ».

« La Norvège est mon pays, les musulmans eux aussi sont tristes de cette tragédie. Je me sens mal quand on peut penser qu’un musulman est capable de faire ça », dit son camarade d’origine palestinienne.

Source : La dépeche

Qui est vraiment Anders Behring Breivik ?

Le principal suspect de la double attaque qui a frappé Oslo est décrit comme un :

* « Fondamentaliste chrétien » par les enquêteurs

* L’homme « a certains traits politiques penchants vers la droite et antimusulmans »

* Hostile au multiculturalisme

* Le suspect serait aussi franc-maçon

Source : NouvelObs

Après l’attentat, les droites populistes sur la sellette

Après les attentats d’Oslo qui ont fait 93 morts, certaines organisations pointent du doigt l’influence néfastes des partis politiques européens qui surfent sur la peur de l’Islam et le repli identitaire. Les Norvégiens n’ont pas encore enterré leurs morts que la polémique est déjà lancée. Et elle pourrait bien se répandre dans toute l’Europe.

En France, le coup de départ a été donné par le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP). Dans un communiqué de presse, dimanche 24 juillet, l’organisation a pointé du doigt la responsabilité des partis populistes et d’extrême droite dans les évènements d’Oslo.

« Cette tuerie ne saurait se réduire au seul acte d’un déséquilibré (…). Dans toute l’Europe, les partis populistes et les extrêmes droites – Front National en France, Parti du progrès en Norvège, Démocrates suédois (parti politique suédois nationaliste), Parti du peuple danois (PPD), Jobbik de Hongrie (…) – sans oublier en France la droite extrême qu’est la Droite populaire de l’UMP (…) – portent une lourde responsabilité dans le climat délétère qui pèse sur le continent tout entier. »

Réaction vive

Aussitôt, la présidente du Front national, Marine Le Pen a réagi et dénoncé un amalgame. « Le MRAP se déconsidère totalement, et montre qu’il est prêt à toutes les bassesses pour essayer de traîner dans la boue ses ennemis politiques (…). Le Front National est évidemment parfaitement étranger à la tuerie norvégienne, qui est l’œuvre d’un déséquilibré solitaire qui devra être châtié de façon impitoyable. »

Le communiqué de presse laisse aussi sous entendre qu’une action en justice va être entreprise contre l’association. L’eurodéputé du FN Bruno Gollnisch s’est aussi insurgé, dès samedi contre une « manipulation » contre les partis défendant « les valeurs traditionnelles ».

Un admirateur de Geert Wilders

Anders Behring Breivik, l’auteur présumé de la tuerie s’est lui-même défini comme un admirateur de Geert Wilders, le leader populiste néerlandais qui compare le Coran à Mein Kampf d’Adolf Hitler. M. Widers s’est empressé de réagir, déclarant « mépriser tout ce que (Breivik) symbolise et tout ce qu’il a fait ».

Lire la suite de l’article : Les droites populistes sur la sellette.

« Cette tuerie ne saurait se réduire au seul acte d’un déséquilibré. »

Après les épouvantables tragédies de Norvège, le MRAP en appelle à plus de vigueur et de responsabilité contre la xénophobie et le rejet de l’ «  Autre »*

Le MRAP apporte son soutien au peuple norvégien et toute sa compassion aux familles des victimes si durement éprouvées par les deux violents attentats d’hier samedi 22 juillet 2011 à Oslo, qui auraient fait au moins quatre-vingt-sept morts.

Il condamne cet acte horrible commis, selon les informations rendues publique à ce jour, par un fanatique d’extrême-droite présenté comme un fondamentaliste chrétien, nationaliste et violemment hostile aux musulmans.

Mais cette tuerie ne saurait se réduire au seul acte d’un déséquilibré. La mémoire des victimes nous impose de déterminer toutes les causes et responsabilités de ce crime épouvantable.

En Norvège, le «  Parti du Progrès », nationaliste et xénophobe, à recueilli plus de 22% aux élections législatives de 2009. Sa leader a fait de l’islamophobie – ou plus exactement de la « musulmanophobie » – la matrice de son discours politique. Ceci ne pouvait rester sans conséquences.

Dans toute l’Europe, les partis populistes et les extrêmes droites – “Front National” en France, “Parti du progrès” en Norvège, “Démocrates suédois” (parti politique suédois nationaliste), « Parti du peuple danois » (PPD), « Jobbik » de Hongrie…( que leurs personnalités s’appellent Siv Jensen en Norvège, Geert Wilders au Pays Bas ou Marine Le Pen ) – sans oublier en France la droite extrême qu’est la «  Droite populaire » de l’UMP qui est présente au gouvernement – portent une lourde responsabilité dans le climat délétère qui pèse sur le continent tout entier.

Après cette épouvantable tragédie – qui ne peut être dissociée de cette sombre réalité – le MRAP en appelle à plus de vigueur dans la lutte contre les groupuscules d’extrême-droite racistes ainsi qu’à plus de responsabilité pour combattre des politiques dont on sait qu’elles entretiennent la xénophobie et le rejet de l’Autre.

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP)

 

Le suspect pourrait être poursuivi pour « crimes contre l’humanité »

La police norvégienne envisage d’invoquer une nouvelle disposition du code pénal punissant les « crimes contre l’humanité » pour poursuivre Anders Behring Breivik, qui a reconnu être l’auteur du massacre qui a fait 76 morts vendredi, a indiqué le procureur cité par un journal mardi.
Introduite dans le code pénal norvégien en 2008, cette disposition qui porte sur les « crimes contre l’humanité » prévoit une peine maximale de 30 ans de prison.
Cité au style indirect par le journal Aftensposten, le procureur Christian Hatlo a souligné que le recours à ce paragraphe 102 n’était à ce stade qu’une éventualité.
La police a jusqu’à présent invoqué les deux premiers alinéas du paragraphe 147 qui vise les « actes de terreur » et qui prévoit une peine maximale de 21 ans.
Ces deux alinéas couvrent « la déstabilisation grave de fonctions essentielles de la société » pour le premier et l’intention « de semer la peur au sein de la population ».
Pour l’heure, Anders Behring Breivik, 32 ans, n’a que le statut de suspect même s’il a reconnu les faits pendant ses auditions. Une inculpation ne pourra intervenir qu’au terme de l’enquête.

AFP

_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires