NOUVEAUX ORAGES DANS LES RELATIONS ENTRE PARIS ET RABAT

NOUVEAUX ORAGES DANS LES RELATIONS ENTRE PARIS ET RABAT

2320
0
PARTAGER

Alors que les deux pays viennent à peine d’une longue période de froid
dépassée récemment et alors qu’un amendement a été apporté au texte de
la convention judiciaire entre le Maroc et la France, de nombreuses
organisations non gouvernementales dont le travail est axé
principalement sur les questions des droits de l’homme sont montés au
créneau ces derniers jours pour faire part de leur crainte de voir
dans le nouveau texte, l’exécutif empiéter sur le judiciaire. Leur
mobilisation pour changer le texte ne fait aucun mystère de leur
intention de faire le forcing au sein de l’assemblée nationale de leur
pays pour y parvenir. Dans la foulée de cette controverse, un pavé
dans la mare a été lancé par le juge d’instruction français chargé du
dossier interminable de l’affaire Ben Barka, Patrick Ramael. Il révèle
dans un livre qu’il vient de publier, que lors de l’un de ses voyages
dans le royaume pour les besoins de l’enquête, il a été étonné de
découvrir que des officiers de liaison rattachés à l’ambassade de
France à Rabat, assimilés à des diplomates donc, avaient été mis sous
écoute par les services de renseignement marocains et que l’un d’entre
eux avait même été expulsé du Maroc pour lui avoir parlé au téléphone,
une expulsion contre laquelle l’ambassade n’a jamais protesté, la mise
sur écoute du personnel étant courante, a ajouté le juge, ce qui est
contraire aux usages et pratiques diplomatiques.

Des milieux hostiles au royaume en France n’hésiteront pas à sauter
sur cette révélation pour jeter de l’huile sur un feu à peine éteint.

Commentaires