PARTAGER

Le ton monte de nouveau sur la place publique après de nouvelles attaques des islamistes contre la formation du PAM, avec cette fois-ci un palier d’une rare gravité laissant ouvertement entendre que le parti fondé par le désormais conseiller royal Fouad Ali El Himma, avait bénéficié à sa création de soutiens financiers importants de la part de certaines pays du Golfe pour empêcher le PJD de remporter les élections législatives de 2011 et de diriger le gouvernement qui en serait issu.

Au sein du PJD, le message est bien passé de donner un maximum d’échos à cette révélation pour un impact maximal auprès de l’électorat à quelques mois des élections. mais l’affaire semble dépasser le simple cadre électoraliste pour relever d’une stratégie destinée à faire le maximum de dégâts auprès de l’opinion publique en semant le doute et la suspicion.

Ce n’est pas la première fois que de telles accusations d’une extrême gravité puisque les dirigeants du PAM avait été déjà dénoncés tantôt pour leurs supposées ramifications avec les barons de la drogue du nord du pays tantôt pour des affaires aussi louches les unes que les autres ayant pour point commun des activités mafieuses, selon les ténors du PJD, sans qu’aucune plainte n’ait été déposée à ce jour devant les tribunaux. Le vase va-t-il déborder cette fois-ci surtout que c’est toujours le nom du secrétaire général du PAM, Illyas El Omary qui est mis à chaque fois en avant.

Commentaires