PARTAGER
Les deux jeunes décédés lors des confrontations survenues dernièrement à Agadir et Marrakech n’étaient pas inscrits, de leur vivant, en tant qu’étudiants à l’Université Ibn Zohr ou Cadi Ayyad.

C’est ce qu’indique un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, relayé dimanche par la MAP, précisant que les violents affrontements se sont déroulés à l’entrée de la Cité universitaire d’Agadir et en dehors de la Cité universitaire de Marrakech.

Ces affrontements entrent dans le cadre de luttes à portée idéologique mêlant différentes factions de l’intérieur et de l’extérieur de l’université, souligne la même source.

Le ministère rappelle avoir pris au préalable plusieurs mesures dissuasives pour lutter contre la violence au sein des établissements universitaires conformément aux règlements intérieurs, affirmant que le conseil disciplinaire est doté de prérogatives permettant de prendre la décision de radiation définitive et d’expulsion de la cité universitaire de tout étudiant dont l’implication est avérée dans des actes de violences avec retrait de la bourse universitaire.

Commentaires