Nucléaire: Séoul appelle à la reprise des discussions avec le Nord

Nucléaire: Séoul appelle à la reprise des discussions avec le Nord

312
0
PARTAGER

« Nous n’avons pas d’autre choix que de régler la question du démantèlement du programme nucléaire nord-coréen par la voie diplomatique à travers les discussions à six pays », a déclaré le président Lee.
Le président Lee affiche une grande fermeté envers Pyongyang depuis le bombardement d’une île sud-coréenne fin novembre par l’armée nord-coréenne.

A une proposition chinoise de reprise des négociations à six (deux Corées, Etats-Unis, Chine, Japon, Russie), Séoul comme Washington et Tokyo avaient répondu que Pyongyang devait au préalable faire montre d’un effort « sincère ».
Mais le président Lee semble avoir adouci sa position et estime que la communauté internationale ne doit pas perdre de temps en vue de la dénucléarisation de la Corée du Nord alors que Pyongyang a promis qu’en 2012, année du centenaire de la naissance de son fondateur Kim Il-Sung, le pays deviendrait « grand, puissant et prospère ».
Face à cette proclamation nord-coréenne, nous « devons parvenir au démantèlement de son programme nucléaire l’année prochaine », a ajouté M. Lee.

Le président a également appelé à un dialogue transfrontalier, malgré les nombreux sujets de discorde et de tensions, comme le torpillage d’une corvette sud-coréenne en mars dernier, attribué au Nord.
« Nous devons renouveler les efforts pour parvenir à la paix à travers le dialogue intercoréen », tout en renforçant les moyens de défense, a-t-il dit.

Le président a également estimé que la réunification des deux Corées n’était pas « si éloignée » et que le ministère de l’Unification devait faire plus pour convaincre la population des bénéfices d’une telle réunification.

Le ministère des Affaires étrangères, qui présentait au président un rapport sur les grands objectifs à suivre en 2011, a indiqué que d’importants efforts seraient consentis cette année pour convaincre la communauté internationale d’apporter son soutien à une réunification pacifique.

AFP

Commentaires