PARTAGER

A peine rentré de vacances et à l’entame de sa dernière année au pouvoir, Barack Obama passe à l’action sur le contrôle des armes à feu, assurant avoir le droit et « l’écrasante majorité » des Américains de son côté.

Le président des Etats-Unis présentera mardi depuis la Maison Blanche une série de décisions, qui tout en respectant promet-il le sacro-saint deuxième amendement de la Constitution, permettront de lutter contre le « fléau de la violence par les armes ».« Sauver des vies »
« Il faut être très clair: cela ne va pas empêcher tous les crimes violents, toutes les fusillades », a-t-il déclaré lundi à l’issue d’une rencontre dans le Bureau ovale avec la ministre de la Justice Loretta Lynch. « Mais cela permettra, potentiellement, de sauver des vies dans ce pays ».

30 000 décès par balle
Plus de 30.000 Américains meurent de mort par balle chaque année. L’exécutif cite une étude réalisée par une organisation de l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, « Every town for gun safety », selon laquelle sept enfants ou adolescents meurent en moyenne chaque jour par arme à feu.

Antécédents judiciaires et psychiatriques
La principale mesure à venir devrait porter sur une généralisation de l’obligation de contrôles d’antécédents judiciaires et psychiatriques avant toute vente d’arme. Dans les foires itinérantes mais aussi sur internet, il reste aisé aux Etats-Unis d’acquérir une arme sans aucun des contrôles exigés des armuriers homologués par les autorités fédérales.

Sans connaître la teneur exacte des propositions présidentielles, les républicains ont d’ores et déjà dénoncé avec virulence l’initiative présidentielle.

Sacro-saint deuxième amendement
Les opposants au durcissement des lois sur les armes invoquent inlassablement le deuxième amendement de la Constitution qui stipule qu' »il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes ». Mais ce paragraphe, ratifié en 1791, donne lieu à de multiples interprétations et est au coeur d’innombrables procédures judiciaires.

Commentaires