Opérations contre Boko Haram: violents combats à la frontière camerouno-nigériane

Opérations contre Boko Haram: violents combats à la frontière camerouno-nigériane

375
0
PARTAGER

De violents combats opposaient mercredi matin soldats camerounais et islamistes nigérians de Boko Haram dans la ville de Fotokol, à la frontière camerouno-nigériane, tandis que l’armée tchadienne a lancé une opération de ratissage dans la ville nigériane voisine de Gamboru.

Au lendemain du déclenchement de l’offensive terrestre de l’armée tchadienne au Nigeria depuis Fotokol, des islamistes sont entrés dans la ville, selon des sources sécuritaires camerounaises.

« Les gars (islamistes) sont entrés ce (mercredi) matin. Les combats entre eux et nos soldats sont très forts », a déclaré une source sécuritaire établie dans la ville, jointe par l’AFP depuis Yaoundé. « Des personnes qui se sont enfermées chez elles me disent qu’elles ne savent pas quoi faire pour en sortir », a indiqué une autre source proche des service de sécurité.

De l’autre côté de la frontière, à Gamboru, totalement désertée par la population, l’armée tchadienne a lancé mercredi matin une opération de ratissage contre les islamistes, a constaté un journaliste de l’AFP. Des tirs d’armes automatiques retentissaient dans la ville.

« Quand les Tchadiens sont entrés (mardi) à Gamboru, les Boko Haram qui se trouvaient dans cette ville et dans certains villages ont contourné pour se retrouver ce matin à Fotokol », a-t-on expliqué de source sécuritaire camerounaise.

Un pont d’à peine 500 mètres sépare Fotokol de Gamboru. A partir de certains villages frontaliers nigérians situés près de Gamboru, il est possible d’entrer aisément à Fotokol.

De nombreux islamistes étaient présents depuis des mois dans ces villages nigérians. Jusqu’à présent, leurs diverses tentatives d’incursion à Fotokol ont toujours été repoussées.

Mardi, l’aviation tchadienne a pilonné les positions des islamistes à Gamboru. Des combats au sol ont opposé islamistes nigérians et soldats tchadiens, mais ces derniers ont pris le dessus et ont pu entrer dans la ville nigériane où ils ont passé leur première nuit en territoire nigérian.

« Après les combats, j’ai vu six corps de soldats tchadiens (au niveau de Fotokol). Il y avait beaucoup de blessés », a témoigné une source sécuritaire camerounaise présente mardi à Fotokol. Aucun bilan officiel des combats de mardi n’était connu mercredi.

L’armée nigériane, qui n’arrive pas à enrayer seule l’expansion militaire de Boko Haram, a déclaré que la présence de troupes tchadiennes ne remet pas en cause « l’intégrité territoriale du Nigeria », à dix jours de l’élection présidentielle prévue dans le pays.

Les Tchadiens, venus pallier l’inefficacité de l’armée nigériane, ont aussi massé des troupes à la frontière entre le Niger et le Nigeria, à proximité immédiate de bastions de Boko Haram.

Commentaires