OÙ VA L’ARGENT DU SIDA ?

OÙ VA L’ARGENT DU SIDA ?

288
0
PARTAGER

 

Contrairement à ses homologues œuvrant pour la même cause dans d’autres pays, cette dernière qui a pris une dimension considérable ces dernières années cultive une opacité totale et ne daigne guère, à l’occasion du Sidaction par exemple, publier son bilan annuelle et dévoiler les montants de ses ressources financières et les aides en produits pharmaceutiques qu’elle reçoit à longueur d’années. Au mieux, les contributeurs n’ont droit qu’à l’annonce du montant de dons reçus ou promis lors de la soirée du téléthon soutenu par une télévision publique qui en est le support et qui lui assure une promotion des plus efficaces, privilège qui n’est pas accordée à d’autres causes qui en auraient également grandement besoin. Depuis sa création, l’ALCS, dirigée depuis  toujours par la même personne, en l’occurrence Hakima Himmich, n’a jamais dévoilé publiquement et dans le détail , ne serait-ce que par respect pour ses donateurs, ses bilans financiers dûment certifiés par un commissaire aux comptes.

Dès lors, de nombreux contributeurs ont cessé de participer à cette opération de collecte de fonds vu le manque de transparence qui la caractérise. Autre anomalie, l’ALCS est la seule entité à recevoir et distribuer le traitement anti-sida , ce qui la place dans une situation de monopole préjudiciable aux autres associations qui ne peuvent de ce fait participer à la lutte contre cette pandémie. Pour le reste, on se contentera de retenir à cette occasion, que la maladie continue de faire des victimes au Maroc, surtout chez les professionnelles du sexe du Souss et les drogués au nord du Maroc.

N’attendez pas cette année, encore une fois, à être informés de l’état des finances  de l’association qui a fait de son activité un abîme de secrets jalousement gardés.

 

JALIL NOURI pour actu-maroc.com_______________

 

 

 

 

Commentaires