Pakistan: 17 morts dans un attentat contre un minibus

Pakistan: 17 morts dans un attentat contre un minibus

215
0
PARTAGER

La police avait auparavant annoncé qu’il s’agissait d’un accident au cours duquel le réservoir de GPL d’un minibus avait explosé lors dans une collision avec un autre véhicule, mais a découvert plus tard qu’il s’agissait d’un attentat.

 

« Le rapport de l’équipe de démineurs fait état de la présence d’une bombe munie d’un retardateur qui était dissimulée près du réservoir de gaz » d’un des véhicules, a expliqué à l’AFP par téléphone Abdul Rashid, le chef de la police locale, qui parle de 17 morts.

Le second véhicule a également été partiellement détruit par l’explosion, survenue à Jawarza, près de la ville garnison de Hangu, non loin des zones tribales où l’armée combat les talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda.

L’attaque n’a pas été revendiquée, et la police enquête pour savoir pourquoi ce minibus était ciblé, mais les talibans sont les principaux responsables d’une vague de plus de 400 attentats –suicide pour la plupart– qui ont fait près de 4.000 morts dans tout le pays en trois ans et demi.

Quinze des personnes tuées l’ont été dans le minibus et deux dans un second véhicule détruit par l’explosion et dont la police avait pensé, dans un premier temps, qu’il était entré en collision avec le premier.

Un officier de la police du district de Hangu, Masood Khan Afridi, a indiqué que la bombe devait contenir 10 kg d’explosifs et était reliée à un retardateur.

Les talibans ont décrété à l’été 2007, à l’unisson d’Oussama ben Laden en personne, le jihad à Islamabad et à ses forces de sécurité pour leur soutien à la « guerre contre le terrorisme » de Washington. Leur bastion, les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l’Afghanistan, sont devenues, depuis fin 2001, le principal sanctuaire dans le monde d’Al-Qaïda et une base arrière des talibans afghans.

Une majorité des attentats vise la police ou l’armée mais, de plus en plus souvent, les bombes ciblent des civils, en particulier la minorité chiite, qui représente 20% de la population de la République Islamique du Pakistan.

Les chiites, notamment dans la région de Hangu, sont une cible privilégiée des talibans, fondamentalistes sunnites. La police ignorait encore lundi après-midi si le minibus visé transportait ou non des membres de cette communauté.

Cinq des cadavres sont si calcinés qu’il est impossible de les identifier, selon la police. « Nous recherchons le propriétaire du véhicule, le chauffeur ayant été tué dans l’attentat », a expliqué l’officier Afridi.

AFP

Commentaires