Pakistan: au moins sept morts dans un nouvel attentat suicide

Pakistan: au moins sept morts dans un nouvel attentat suicide

179
0
PARTAGER

La cible était le chef d’une milice tribale antitalibans, qui a péri.
Il s’agissait du sixième attentat suicide en six jours au Pakistan, dont l’un a fait dimanche au moins 50 morts dans un mausolée soufi.

 

L’attaque de lundi a été perpétrée à un terminal de bus à Jandol, dans le district de Lower Dir, non loin des zones tribales, bastion des talibans et d’Al-Qaïda.

« Le kamikaze était à pied, sa cible était le malik (chef) Mohamad Akbar, il a été tué dans l’explosion », a déclaré à l’AFP au téléphone Qazi Jamil ur-Rehman, le chef-adjoint de la police locale, précisant que la bombe a explosé à proximité d’une concession de voitures appartenant à la famille de ce chef d’une milice tribale combattant les talibans.

« Sept civils ont été tués et 18 blessés », a assuré à l’AFP Saleem Marwat, le chef de la police du district. « Nous avons retrouvé la tête du kamikaze, il semble avoir 15 ou 16 ans », a-t-il ajouté.

Les talibans ont souvent recours pour leurs attentats suicide à des adolescents qu’ils entraînent dans leurs camps des zones tribales.

Plus de 4.200 personnes ont été tuées en trois ans et demi dans tout le Pakistan par une vague de plus de 450 attentats -suicide pour la plupart- perpétrés essentiellement par ces insurgés fondamentalistes alliés à Al-Qaïda.

Dimanche, deux kamikazes à pied ont fait exploser leurs bombes à l’entrée du mausolée d’un saint soufi bondé dans le district de Dera Ghazi Khan, dans le centre du pays, là aussi non loin des zones tribales.
Au moins 50 personnes ont péri, dont des femmes et des enfants.

L’attaque visait des centaines d’adeptes venus se recueillir sur la tombe de Sakhi Sarwar, un saint soufi du XIIIe siècle.

Les victimes étaient essentiellement des fidèles. Des centaines de personnes se trouvaient dans et aux abords du mausolée, pour, comme chaque dimanche dans de nombreux sanctuaires de saints de l’islam au Pakistan, passer une journée en famille.

A l’été 2007, à l’unisson d’Oussama Ben Laden en personne, les talibans pakistanais ont déclaré le jihad, la « guerre sainte », à Islamabad pour son soutien depuis fin 2001 à la « guerre contre le terrorisme » de Washington.

Leurs cibles privilégiées sont les institutions et les forces de sécurité, mais ces insurgés sunnites multiplient, ces derniers temps, les attentats visant les civils, en particulier les minorités musulmanes, notamment les chiites (20% de la population), et les adeptes du soufisme, deux écoles de pensée de l’islam qu’ils considèrent comme impies et hérétiques.

L’attentat de Dera Ghazi Khan, comme celui de Jandol, n’a pas encore été revendiqué, mais de nombreux autres qui ont visé les chiites et les soufis l’ont été ces derniers mois par les talibans ou des groupes alliés.

Le soufisme est une doctrine mystique de l’islam très populaire dans la République Islamique du Pakistan, aussi bien chez les sunnites, qui représentent 80% de la population, que chez les chiites.
Les zones tribales du nord-ouest, frontalières de l’Afghanistan, sont le bastion des talibans pakistanais, le principal sanctuaire d’Al-Qaïda dans le monde et la base arrière des talibans afghans.

AFP__________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires