Pakistan: la justice interdit de rapatrier l’Américain accusé de meurtres

Pakistan: la justice interdit de rapatrier l’Américain accusé de meurtres

326
0
PARTAGER

Raymond Davis, dont Washington assure qu’il détient un passeport diplomatique et qu’il est un « membre du personnel technique administratif » du consulat américain de Lahore, dans l’est du Pakistan, est accusé de double meurtre et en détention préventive au Pakistan. Il est accusé d’avoir abattu de plusieurs balles jeudi deux jeunes motocyclistes qui, selon lui, s’apprêtaient à l’attaquer dans sa voiture à Lahore.
« J’interdis » de le remettre aux autorités américaines, a décrété dans un jugement le juge Imtiaz Ahmed Chaudhry, le président de la Haute Cour de Lahore, la ville où ont été commis les meurtres. « C’est la Cour qui décidera s’il jouit ou non de l’immunité diplomatique », a ajouté le haut magistrat.
« Nous avons donné ordre d’inscrire son nom sur la Liste de contrôle des sorties du territoire et l’audience est ajournée pour 15 jours », a conclu le juge Chaudhry.
Par ailleurs, les enquêteurs à Lahore ont également réclamé, en vain pour l’heure, que le consulat américain leur remette une de ses voitures et ses occupants, qui, en tentant de venir à l’aide de Raymond Davis, ont heurté et tué un troisième motocycliste en chemin.
« Il serait sage d’attendre la fin de la procédure judiciaire », avait déclaré lundi soir soir le président pakistanais Asif Ali Zardari, à six élus du Congrès américain en visite à Islamabad et qui le pressaient de faire remettre Raymond Davis aux Etats-Unis.
Washington a à nouveau réclamé lundi sa libération, assurant qu’il disposait d’un passeport diplomatique. « Il a droit par conséquent à une immunité totale. Il ne peut être arrêté ni détenu, en accord avec la convention de Vienne », a affirmé Philip Crowley, le porte-parole de la diplomatie américaine.
M. Crowley a indiqué que Washington souscrivait à la version des faits de son employé: « Nous considérons qu’il a agi en état de légitime défense lorsqu’il a été confronté à deux hommes armés sur une moto. Il avait toute raison de croire que ces hommes voulaient l’attaquer physiquement. Et quelques minutes plus tôt, ces hommes, qui avaient un casier judiciaire, ont volé à main armée de l’argent et des valeurs à un citoyen pakistanais dans la même zone ».
Mais les enquêteurs à Lahore ont indiqué qu’ils n’avaient trouvé, pour l’heure, aucun casier judiciaire pour les deux victimes, même s’ils reconnaissent qu’ils portaient des pistolets. Ils ont également assuré que ni M. Davis ni le consulat n’a pu à ce jour produire un permis de port d’arme pour l’employé du consulat.
Ce drame, qui a déclenché au Pakistan des manifestations de protestation, risque d’enflammer des relations déjà tendues entre Washington et Islamabad, son principal allié dans la région dans sa « guerre contre le terrorisme » islamiste depuis fin 2001.
Une grande majorité des 170 millions d’habitants de la république islamique du Pakistan, seule puissance militaire nucléaire du monde musulman et principal sanctuaire dans le monde d’Al-Qaïda, nourrissent un profond sentiment anti-américain.
AFP

Commentaires