PARTAGER

Il s’en est fallu de peu pour que des migrants clandestins se retrouvent nez à nez avec le roi Salmane Ibnou Abdelaziz d’Arabie Saoudite dans sa résidence d’été à Tanger. Mais grâce à la vigilance de ses propres services de sécurité qui veillent au grain 24/ 24 heures dans tout le périmètre de la résidence qui se trouve en bord de mer près du Cap Spartel, les clandestins subsahariens,dont deux femmes, ont pu être empêchés d’accéder à la plage privée et ont été arrêtés pour être remis à la préfecture de police de Tanger. Ces derniers avaient mal préparé leur voyage vers l’Europe dan,s la nuit et ont été détournés de leur trajet sur leur embarcation pneumatique en raison de conditions météorologiques non favorables pour se retrouver sur une plage mitoyenne de celle du souverain saoudien dont elle n’est séparée d’aucune clôture, ce qui n’est pas sans poser des questions de sécurité. Les migrants clandestins qui n’avaient aucune idée de l’endroit où ils s’étaient échoués auraient pu se retrouver sur la plage royale et voir leur rêve d’Eldorado se transformer en un long séjour en prison pour violation d’une propriété privée appartenant à un roi. Depuis son arrivée mouvementée dans sa résidence tangéroise où l’attendaient des membres de son personnel en grève c’est le deuxième incident à relever.

Commentaires