PANIQUE PARMI LES MAROCAINS AVEC LA PROBABILITÉ D’ATTENTATS

PANIQUE PARMI LES MAROCAINS AVEC LA PROBABILITÉ D’ATTENTATS

456
0
PARTAGER

La rumeur s’est amplifiée comme une traînée de poudre et la panique s’est emparée des citoyens comme jamais au paravent après qu’ils aient remarqué dans certaines villes et régions, un déploiement imposant de matériel et de véhicules militaires pour faire face à la menace alors qu’ aucun communiqué officiel n’est venu informer jusqu’à présent la population de quoi il en retourne exactement. Comme toujours en pareil cas, c’est la rumeur qui tient le haut du pavé.

Au sein des familles à l’heure des repas, dans les cafés bondés de clients en cette période estivale, dans la rue, les marchés et mêmes les cybers, chacun y va de sa version. Les enfants n’échappent pas à la règle dans ces derniers espaces qui leur permettent de faire des recherches sur les groupes terroristes et les types d’armements que les FAR, les Forces Armées Royales, ont mis en place dans le cadre d’un dispositif dissuasif mais également défensif pour parer à toute attaque d’avions civils pouvant compter parmi ceux identifiés comme étant aux mains de djihadistes formés pour cela. Un internaute a poussé son imagination jusqu’à faire circuler sur les réseaux sociaux un photomontage montrant un avion attaquer le Morocco Mall de Casablanca. De quoi rajouter à ce climat d’inquiétude et d’appréhension généralisée.

La liste des cibles potentielles s’est élargie depuis l’apparition des premières batteries antimissiles sur la corniche de cette ville que l’on croyait la seule visée. Depuis, des barrages comme ceux d’El Wahda ou de Bin El Ouidane, parmi les plus importants du pays, la raffinerie de Mohammedia, le port et le complexe industriel Jorf El Asfar près d’El Jadida, des bases aériennes en état d’alerte avec des avions de chasse prêts à décoller, ainsi que la mobilisation de près de 70 000 soldats, donnent aux citoyens l’impression que leur pays est en état de guerre contre un ennemi qui peut frapper à tout moment, sans prévenir et là où on l’attend le moins. Mêmes les plus âgés affirment n’avoir jamais rien vu de tel en temps de guerre avant l’indépendance du pays.

Cette peur généralisée risque en tout cas de se prolonger bien au-delà de l’été.

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires