PARTAGER

Les mouvements sociaux continuent de frapper les hôpitaux publics à la grande désolation des malades aux revenus limités qui ont déjà eu à en souffrir avec une grève déclenchée par les médecins sur l’ensemble du territoire.

Ils s’apprêtent à débrayer de nouveau le 16 courant, suivis par les infirmiers les 18 et 19, ce qui laisse imaginer l’état de dégradation des rapports entre les syndicats de ce secteur souffrant de plusieurs maux et le ministre de tutelle, Lahoussine Louardi, qui ne semble pas avoir pris toute la mesure de ces arrêts de travail et leurs graves conséquences pour les malades pris en otage. Les différents rounds de négociations se sont achevées sur des promesses non tenues par le premier concerné par les décisions qui ne se limitent pas aux seules revendications sociales. Car médecins et infirmiers, bien au-delà de leur situation matérielle, ont pour inquiétude principale, la dégradation des conditions de travail et le délabrement des hôpitaux dans lesquels ils exercent, faute de moyens, avec les pires difficultés, parfois au détriment de la santé des malades. Le ministre, qui travaillait jusqu’à sa nomination, au sein de ces structures, en connait tous leurs problèmes mais continue, malgré l’urgence de la situation, à traîner les pieds et à alimenter le dialogue de sourds avec les syndicats.

Par Jalil Nouri

Commentaires