PARTAGER
Le torchon brûle ces jours-ci entre le président de la chambre des conseillers, Hakim Benchemass, figure influente de la formation du PAM et les membres de plusieurs groupes en raison de la gestion des fonds alloués à cette institution pour son fonctionnement et ses équipements et dont le montant s’élève à 260 millions de dirhams.
Benchemass est accusé par certains membres d’en avoir détourné une parti à son profit pour l’achat d’une luxueuse résidence dans le quartier le plus cher de la capitale. La preuve avancé par ses accusateurs reste son refus ferme et répété de se cacher derrière des considérations d’ordre administratif pour reporter indéfiniment le début d’une opération d’audit des comptes menée en interne par une commission ad-hoc. Le président de la chambre se trouve désormais dans une situation intenable depuis qu’il a eu vent de tractations dans les couloirs pour appeler à l’intervention des magistrats de la Cour des Comptes qui ont la latitude pour venir éplucher les dossiers ou en cas de refus de Benchemass, à sa destitution pure et simple, ce qui constituerait une première dans l’histoire parlementaire du pays.
L’homme sait qu’il risque gros si une unanimité se dégage contre lui à la deuxième chambre et s’est déjà empressé de demander conseil et aide à son ami de toujours, le chef de sa formation, Ylias El Omary qui n’est pas non plus en bonne posture en cette période de séismes.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires