PARLEMENT: LE PROBLEME INSOLUBLE DE L’ABSENTEISME

PARLEMENT: LE PROBLEME INSOLUBLE DE L’ABSENTEISME

210
0
PARTAGER

 

Il est d’autant plus regrettable de relever à ce sujet, que cette même présidence a tout essayé depuis 1 an ou presque afin de mettre les absenteistes sur le chemin de l’assiduité. Il y a eu tout d’abord comme dans les écoles, l’élaboration d’un registre de présence qui a fort déplu dans les rangées du parlement. Une autre méthode a été essayé tout aussi vainement consistant à donner à haute voix la liste des députés qui se sont absentés lors de la séance précédente avant de publier leur nom au bulletin officiel. Autre mesure de rétorsion envisagée un certain temps la retenue à raison de 1000 dh pour chaque jour d’absence. Cette mesure a également été vivement critiquée sous prétexte que les députés venant de très loin étaient déjà pénalisés par les frais de déplacement onéreux qu’ils devaient prendre à leur charge pour faire acte de présence. Une levée de boucliers qui a même incité le président du parlement  à envisager d’accorder une augmentation aux parlementaires afin de les encourager à accomplir plus régulièrement la mission pour laquelle ils ont élus.

Toutes ces alternatives ont aussitôt montré leurs limites et leur inanité pour que la première chambre fasse le plein de ses députés une journée par semaine ce qui n’est pas trop demandé pour des représentants du peuple rémunérés à 36.000 dh mensuellement.

Dès lors, le président du parlement a beau retourner le problème dans tous les sens, il reste loin de voir le bout du tunnel en trouvant la solution miracle à cette épineuse question que peu de parlements au monde vivent avec la même acuité. Il est très délicat en effet, d’envisager de punir une personnalité élue comme on le ferait avec un écolier en l’obligeant à fournir des certificats médicaux et autres justificatifs ou a procéder à chaque fin de mois à des ponctions sur son salaire.
La réalité de cette situation appelle sans doute à des mesures plus draconiennes s’il en existe ailleurs et dont on pourrait s’inspirer. D’içi là, les observateurs qui scrutent notre scène politique auront encore et à satiété de quoi enrichir leurs témoignages sur notre vie parlementaire et les citoyens à se lamenter d’avoir voté pour des députés aux abonnés absents.

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com ________________________

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires