PARTAGER
Les électeurs français pourraient réagir avec un sursaut républicain pour démentir les sondages en allant voter en masse pour l’élection présidentielle dont le premier tour se déroule ce dimanche sur fond d’un  attentat terroriste mené cette semaine à Paris et sur des menaces qui continuent de peser et d’alourdir le climat d’une présidentielle à multiples inconnues et rebondissements comme jamais la France n’en a connus.
A la mi-journée, un taux de participation s’approchant des 30 % était fièrement annoncé , ce qui reste un bon présage pour le reste des opérations de vote, alors que l’écart se resserre de plus en plus entre la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen et son concurrent direct qui a mené la course en tête depuis le tout début, le candidat centriste, Emmanuel Macron, un novice en politique qui doit son succès au mouvement « En Marche » qu’il a crée très récemment sans se douter un instant qu’il allait le rapprocher de l’Élysée, grâce à une machine électorale bien huilée.
A la mi-journée toujours et à travers les sondages réalisés à l’étranger puisqu’ils sont interdits en France le jour du vote, le candidat de l’extrême gauche , Jean-Luc Mélenchon est toujours présenté comme un candidat possible pour le second tour prévu pour le 7 mai alors que celui de la droite, François Fillon est distancé sous la barre des 20 %, payant le prix fort des « affaires » qui ont entaché sa campagne électorale depuis des mois.

Commentaires