PARTAGER

C’est la nouvelle la moins réjouissante qui attend les marocains, celle de se résigner car la recherche d’un gouvernement devrait se prolonger au-delà du mois de mars prochain, date de la tenue du congrès du parti de l’Istiqlal qui devrait y élire son nouveau patron, en remplacement de Hamid Chabat. Ce dernier, on le devine, bloque l’entrée de sa formation au gouvernement pour ses déclarations et prises de position imprévisibles utilisées comme argument par ses adversaires, comme argument pour barrer la route à la participation de son parti.

Or, le chef du gouvernement désigné, Abdelilah Benkirane, semble déterminé et prêt à tout pour intégrer l’Istiqal auquel il tient comme à son chapeler en raison de considérations stratégiques au niveau politique à long terme, une position partagée par son parti qui fait de cette présence une condition indispensable au futur gouvernemental tant que le PJD sera à la tête des affaires du pays.

Il faudra attendre, donc, la tenue de ce congrès et l’arrivée d’une nouvelle figure avec qui négocier cette participation, chose qui ne se fera qu’au tout début du mois d’avril.

Le tout sera d’être patient d’ici là et espérer que cette longue attente n’aura pas été vaine.

Par Jalil Nouri

 

Commentaires