PARTAGER
Alors que l’on croyait l’heure de la normalisation arrivée entre le parti islamiste du PJD et son éternel rival du PAM, surtout après une poignée de mains et un échange d’amabilités inattendus il y a une semaine entre leurs dirigeants respectifs Abdelilah Benkirane et Ilyas El Omary, il faut se rendre à l’évidence et croire que la paix est impossible entre les deux formations politiques appelées à se disputer la première place lors des prochaines élections générales du 7 octobre 2016.
Le parti islamiste continue décidément d’en avoir trop sur le cœur en ce qui concerne son ennemi de toujours, du moins depuis que le PAM a fait irruption sur la scène politique pour brouiller toutes les cartes et compromettre l’ascension programmée du PJD, sur lequel ne pèse plus qu’une menace de défaite, celle que représente pour lui le parti dirigé par Ilyas El Omary et que les islamistes n’hésitent pas à considérer comme un sous-marin au service d’une force occulte assimile souvent Benkirane dans ses discours à des crocodiles et des démons dont le seul but est de désintégrer le PJD.
Cette guéguerre quia des origines très profondes commence à lasser l’opinion publique alors qu’une question revient de plus en plus chez les commentateurs politiques: celle de savoir si cette querelle aura un impact réel, positif ou négatif sur les résultats du scrutin à venir.
Par Jalil Nouri
actu-maroc.com

Commentaires