PARTAGER

La Néerlandaise d’origine marocaine Khadija Arib a été élue mercredi présidente de la chambre basse du parlement des Pays-Bas, une première dans ce pays de près de 17 millions d’habitants comptant quelque 380.000 « allochtones » d’origine marocaine.

Députée du parti travailliste depuis 1998, avec une brève interruption entre 2006 et 2007, Mme Arib a obtenu 83 voix sur les 134 jugées valides lors d’un vote à la chambre basse, qui compte 150 députés.

Née au Maroc en 1960 et arrivée aux Pays-Bas alors qu’elle était adolescente, Mme Arib assurait déjà la présidence par intérim depuis la démission en décembre de sa prédécesseur Anouchka van Miltenburg.

Le député populiste Geert Wilders a qualifié l’élection de Mme Arib de « jour noir pour l’histoire parlementaire », reprochant à la nouvelle présidente de posséder la double nationalité, néerlandaise et marocaine.

« Il ne s’agit pas d’elle en tant que personne, mais quelqu’un qui a la double nationalité ne devrait pas être président de la chambre basse du parlement néerlandais », a-t-il déclaré, au micro de la télévision publique néerlandaise NOS.

Mme Arib a à plusieurs reprises expliqué dans les médias néerlandais qu’elle se sentait néerlandaise et que la seule raison pour laquelle elle possède encore la nationalité marocaine est que Rabat ne permet pas de renoncer à la nationalité marocaine.

Khadija Arib n’est pas la seule responsable politique d’origine marocaine à occuper une haute fonction aux Pays-Bas : Ahmed Aboutaleb est le maire de Rotterdam, deuxième ville du pays, depuis 2009.

Commentaires