Peines maximales prononcées dans l’affaire du «City of Poros»

Peines maximales prononcées dans l’affaire du «City of Poros»

189
0
PARTAGER

Le procès a duré quatre jours. Le temps de rappeler des faits dramatiquement simples : un homme tire sur les passagers d’un bateau, jette une grenade puis un deuxième autre engin explosif. Bilan : neuf morts dont trois Français, à savoir deux étudiants à la veille de leurs fiançailles, ainsi qu’une jeune secrétaire.

Ce sont les victimes d’un attentat aveugle perpétré par le groupe Abou Nidal. Dans cette affaire, il est question d’un tueur épaulé par deux complices, jamais arrêtés. A priori, il est question d’un Libanais et d’un Jordanien. Le contrespionnage français avoue ignorer s’ils sont décédés ou toujours en vie.

Trois mandats d’arrêts accompagnent donc le verdict de ce premier procès de l’attentat du « City of Poros », qui réhabilite deux des trois victimes françaises. Laurent Vigneron, 22 ans, et Isabelle Bismuth, 21 ans, ont en effet été accusés pendant huit mois par Athènes d’avoir fait partie du commando, sans que Paris ne démente publiquement l’information malgré les résultats d’autopsies.

Les mères des trois jeunes sont venues ce jeudi décrire leur calvaire, notamment médiatique, devant la cour d’assises spéciale. La cour a d’ailleurs reconnu devant elles la lenteur tout à fait anormale de la procédure. L’avocat général allant même jusqu’à concéder la légitimité de leur colère pour cette attente inadmissible de plus de 23 ans.

rfi_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires