PARTAGER

Pékin a mis en garde lundi contre une détérioration de ses liens avec les Etats-Unis, au lendemain d’une nouvelle sortie de Donald Trump, qui a menacé de chambouler 40 années de relations sino-américaines en évoquant une reprise des relations officielles avec Taïwan.

« Nous avons pris note des informations en question et sommes gravement préoccupés », a reconnu le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, à propos des nouvelles déclarations faites la veille par le président élu des Etats-Unis sur la chaîne de télévision Fox.

Depuis le début du mois, ce dernier a multiplié les déclarations embarrassantes pour Pékin, qui avait pourtant semblé accueillir son élection le 8 novembre avec bienveillance. Au point que le régime chinois a dans un premier temps réservé ses coups au frère ennemi taïwanais et ménagé le bouillant milliardaire, excusé pour son « inexpérience » diplomatique.

Mais Pékin a lancé un premier avertissement lundi au nom de la défense du « principe de la Chine unique », celui-là même que Donald Trump a menacé dimanche de jeter aux orties.

Pékin impose la reconnaissance de ce principe à tout pays avec qui il entretient des relations diplomatiques. Cette formulation empêche toute indépendance formelle de l’île de Taïwan, séparée politiquement du continent depuis 1949 et que Pékin souhaite réunifier au reste de la Chine. L’appellation officielle de Taïwan reste « République de Chine ».

« Je ne sais pas pourquoi nous devons être liés à une politique d’une Chine unique, à moins que nous passions un accord avec la Chine pour obtenir d’autres choses, y compris sur le commerce », a estimé M. Trump, qui avait déjà écorné ce principe début décembre en prenant un appel téléphonique de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, au grand dam de Pékin.

Commentaires