PERSONNALITES DE L’ANNEE 2010  » MASCULINE ET FEMININE »

PERSONNALITES DE L’ANNEE 2010  » MASCULINE ET FEMININE »

211
0
PARTAGER

En effet, il vient de sortir du mutisme qui lui était imposé par le HCR, le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés qui veille sur lui à Nouakchott. Cet homme mérite encore plus ce titre puisqu’il n’en démord pas : il veut retourner dans les camps pour voir les siens et continuer à défendre le plan d’autonomie proposé par le Maroc.

L’ex inspecteur général de la police du Polisario, après avoir été kidnappé, séquestré, torturé par les milices des séparatistes et les bourreaux des services secrets algériens, a enfin retrouvé la liberté suite à une mobilisation et des pressions  internationales pour se voir confié au HCR. Courageux, combattif et d’une ténacité exemplaire pour faire passer ces idées, cet homme se dit déterminé à aller jusqu’au bout au péril de sa vie. Sans exagération aucune ni démagogie, cet homme devrait figurer au nombre des nobélisables de cette année qui démarre avec  ses  déclarations qui donnent le ton à ce qui va se passer dans les semaines qui suivent. Le cas échéant, il devrait au moins se voir décerner un grand prix des droits de l’homme qu’octroient les ONG internationales.

Revenu à de meilleurs sentiments envers sa patrie d’origine, comme tant d’autres avant lui, cet ancien haut responsable de la « nomenklatura »polisarienne aux ordres d’Alger, décide ,pour rappel, un jour de visite à une partie de  sa famille restée au Maroc de proclamer haut et fort, sa vive considération pour le plan d’autonomie proposé par le Maroc afin de mettre fin au conflit artificiel du Sahara.

Prenant son courage à deux mains, Mustapha Salma Ouled Sidi Mouloud qui se voulait chantre de la paix dans la région, se verra embastillé, porté disparu pendant plusieurs semaines avant qu’il ne réapparaisse miraculeusement en Mauritanie pour se voir confier au HCR jusqu’ à l’écriture de ces lignes. Avec sa démarche exemplaire ;  il influera certainement sur le cours des choses, pacifiquement ainsi que sur tous les sahraouis des camps de Tindouf, du moins  ceux qui veulent échapper à l’emprise cupide et de prétendus dirigeants d’un pseudo mouvement séparatiste aux bottes d’un quarteron de généraux algériens qui tiennent  tout  un peuple en otage dans des camps de la honte.    

PERSONNALITE FEMININE DE L’ANNEE : MADAME TRINIDAD JIMINEZ, CHEF DE LA DIPLOMATIE ESPAGNOLE
Sans conteste et en si peu de temps, la nouvelle ministre espagnole des affaires étrangères Trinidad Jiménez, vient de nous donner depuis qu’elle a pris les rênes de la diplomatie de son pays, la preuve éclatante qu’en dépit d’obscurs calculs politiques de la frange droitiste et nostalgique du paysage politique espagnol, le Maroc et l’Espagne sont faits pour s’entendre et doivent s’entendre, au vu du voisinage et d’une longue histoire commune.

Coup sur coup, avec intelligence et courage politique, cette nouvelle « égérie » du parti socialiste espagnol au pouvoir aura accordée à la fin de l’année écoulée deux entrevues qui feront date, ce qui lui vaut aujourd’hui à ACTU-MAROC.COM tous nos éloges et notre estime pour ce voir décerner le titre de personnalité féminine de l’année2010.

Dans la première interview accordée au Figaro du 12 Décembre dernier, elle affirmera : « Le Maroc est un pays de la Méditerranée qui a le plus avancé sur la voie des réformes et de la démocratie ».

Dans le second entretien quelques jours après, cette fois-ci  avec  un site espagnol d’informations, estampillé très à droite et intitulé « publico.es » en l’occurrence, elle déclarera au sujet des tragiques événements de Laâyoune : « Il y a une grande distance entre la situation, telle annoncée au début et ce qui s’est réellement passé et vérifié par des organisations des droits de l’homme »Avec une extrême pondération et une lucidité frappante ajoutées à son courage politique qui lui font honneur, Trinidad Jiménez ajoutera : « J’ai toujours défendu le peuple sahraoui. Mais cela ne signifie pas que nous condamnons le Maroc sans tenir compte de la violence qu’a subie la police marocaine ».

A elles seules, ces deux déclarations qui tranchent avec le discours diplomatique suranné et ampoulé valent leur pesant d’or pour l’avenir des relations apaisées entre Rabat et Madrid après la crise de ces dernières semaines. Des rapports malmenés par des sentiments haineux de la part de la droite espagnole du mouvement populaire et des medias affidés.

Pour ces propos tenus par Madame JIMENEZ et bien d’autres réaffirmés devant les Cortes, le parlement espagnol, par de tels gestes significatifs et réconfortants pour dissiper le ciel orageux des deux côtés du détroit de Gibraltar, elle mérite amplement, encore une fois, le titre de personnalité féminine de l’année.

 

Commentaires