PARTAGER

Le parti du Mouvement Populaire souffre d’un énorme problème de compétences et de profils ministériels et le montre à chaque fois qu’il s’agit de nommer des ministres au sein du gouvernement sous les couleurs de cette formation.

La récente décision de proposer et faire nommer au poste de ministre en charge de la jeunesse et des sports un ancien chef de cabinet du patron du parti, Mohand Laenser, démissionnaire de cette même fonction en a surpris plus d’un et a montré à quel point le recrutement de cadres aux profils pointus reste une question nodale à laquelle ils ont du mal à remédier. Le nouveau promu, un ancien consul devenu membre actif au sein de cette formation n’a jamais rêvé d’une telle promotion et ne la doit qu’à l’extrême confiance que lui témoigne son mentor à l’origine de son ascension sociale aussi bien rapide qu’inattendue.
L’homme reste aux yeux de ces camarades du parti une énigme après être devenu la boîte noire du secrétaire général du Mouvement Populaire qui a dû abandonner son fauteuil pour ne pas cumuler avec celui de président de la région Fez-Meknès auquel il vient d’accéder. Son choix pourrait s’expliquer par sa volonté de ne pas entretenir les querelles entre les candidats à la fonction ministérielle mais surtout par son souhait de choisir, pour lui succéder, un homme effacé et prudent, qui n’ira pas remuer les frasques de l’ancien ministre du même parti, le très controversé Mohammed Ouzzine. Sans la moindre connaissance du secteur dont il vient de prendre la charge, n’est là en effet, que pour jouer au pompier des feux éventuels déclenchés par son prédécesseur.

Commentaires