PARTAGER

Un vrai vent de panique souffle sur les marchés après l’annonce des premiers cas de grippe aviaire au Maroc surtout après les informations faisant état en plusieurs régions du pays de la mort de plusieurs milliers de poulets jetés dans les décharges et même sur certaines plages, notamment à Safi.

L’association des aviculteurs a beau affirmé que le virus et ses conséquences n’ont aucun lien avec la consommation de viande blanche, il n’en demeure pas moins que les consommateurs s’attendent à une longue période d’abstinence au cours de laquelle ils en seront privés et ce, tant que l’alerte ne sera pas levée. Une alerte que les services concernés tardent à décréter ce qui a ouvert la voie à bien des rumeurs dont une affirmant qu’il n’est guère conseillé de consommer des œufs en raison de risques de contamination par le virus de ce type.

Le ministère de l’agriculture, très tardif à réagir et à lancer une campagne de sensibilisation et de communication de crise à encourager à la propagation de nouvelles de toutes sortes ce qui pousse les fermiers aviculteurs et les entreprises du secteur à envisager le pire pour leur activité avec des pertes évaluées à des milliards de dirhams mais ne perdant pas espoir que l’état réagisse et vole à leur secours en adoptant un plan anti-crise aviaire comme il a été décidé pour les agriculteurs en raison de la sècheresse.

Les marchands de volaille et les bouchers spécialisés dans la viande blanche constatent déjà avec amertume une baisse de leur chiffre d’affaires en espérant que cette crise soit passagère.

Par Jalil Nouri

actu-maroc.com

Commentaires