PARTAGER

10 ans et toutes ses dents, le festival du cheval d’El Jadida ne vieillit pas et se renouvelle depuis 10 années avec un bilan des plus élogieux.

Pour cette dixième édition ont tout de même tenu à maintenir les recettes qui marchent et écarter de la programmation, celles qui n’ont pas eu les faveurs du public. Un public exigeant d’habitués dans leur grande majorité et partageant en commun un amour sans limites pour le meilleur ami de l’homme. Depuis qu’il a changé de site, passant de l’hippodrome au centre des expositions de la ville sur directive du roi Mohammed VI qui a confié désormais son inauguration au prince héritier Moulay El Hassan, ces visiteurs qui ne rateraient ses éditions pour rien au monde n’ont toujours pas retrouvé leurs repères des premiers jours et le verraient mieux à Casablanca. Un choix irréaliste qui reviendrait à déménager le salon de l’agriculture de Meknes. Tout un débat difficile à trancher.

Pour l’instant, mieux vaut savoir qu’il ne reste plus que deux jours pour lui faire honneur et s’émerveiller devant les plus belles bêtes que compte le pays. D’autant plus que ces ultimes journées s’annoncent moins bruyantes en raison de l’absence des groupes d’écoliers qui ont tendance, parfois, à décourager plus d’un visiteur potentiel adulte, le seul bémol à retenir. Pour le reste, à voir à tout prix.

La Rédaction

Commentaires