PARTAGER

Quelques semaines après le limogeage de plusieurs ministres pour leur responsabilité dans le projet d’Al hoceima, le cabinet royal vient d’annoncer des sanctions à l’encontre de plusieurs centaines de responsables nationaux ou locaux pour leurs manquements.

Il est ainsi question de :

  •  Un wali,
  •  Six gouverneurs,
  •  Six secrétaires généraux,
  •  28 Pachas, chefs de cercle et chefs de district urbain,
  •  122 Caïds,
  •  17 khlifasEn application du principe constitutionnel de reddition des comptes à l’encontre de tous ceux qui auront manqué à leurs devoirs et responsabilités professionnels, le ministre de l’Intérieur a soumis à l’appréciation Royale des propositions de mesures disciplinaires à l’endroit des responsables concernés, comme suit :

    1- Pour le Wali et les six gouverneurs : suspension de leurs fonctions et leur traduction devant les conseils disciplinaires compétents,

    2- Pour les responsables appartenant aux autres grades d’agents d’autorité : suspension de leurs fonctions de 86 agents d’autorité en attendant de les traduire devant les conseils disciplinaires compétents pour prendre les sanctions adéquates,

    3- Des blâmes à l’encontre de 87 agents d’autorité, indique le communiqué ajoutant que le roi Mohammed VI a donné donné Ses Hautes instructions pour prendre les mesures légales qui s’imposent à ce sujet ».

    Ces sanctions interviennent après les enquêtes et les rapports de terrain relatifs à l’action des agents d’autorités et la présentation des conclusions au souverain.

Commentaires