PARTAGER
Le ministre de l’intérieur en tête , une délégation représentant le gouvernement auprès de la population de la région du Rif, actuellement en ébullition, est enfin arrivée ce lundi à Al Hoceima, pour tenter de trouver les moyens de ramener l’ordre et faire revenir les habitants et les meneurs des manifestations sur leur décision de poursuivre leur mouvement avec les risques croissants que la situation comporte pour l’ordre et la sécurité.
Une journée entière ne suffira pas et cette tentative de renouer un dialogue serein et constructif semble vouée à l’échec, les manifestants ayant choisi de ne plus négocier qu’avec le roi en personne ou à défaut ses émissaires pour être sûrs que leurs doléances seront entendus et que les discussions seront suivies d’effet. Pourtant, le gouvernement a fait preuve jusqu’à présent d’une réelle volonté de régler les problèmes socio-économiques de cette région, pourtant loin d’être marginalisée, entrée en dissidence pour obtenir un statut irréaliste de région privilégiée. Les dossiers sont nombreux, toutefois, attestant du retard pris dans les domaines de l’emploi, l’éducation et la santé, véritable frein au développement.
Surchauffés par des agitateurs téléguidés de l’étranger, les esprits ne sont pas prêts de se calmer de sitôt, en raison du vide politique enregistrée depuis de longs mois en raison de l’absence de gouvernement, un blocage qui a largement contribué au pourrissement de cette situation critique.
Par Jalil Nouri

Commentaires