PARTAGER

Il s’agit de la première fausse note intervenue lors de la visite historique qu’effectue actuellement le roi Mohammed VI à Lâayoune au Sahara et qui a vu des représentants de grandes tribus s’élever contre le fait que des personnalités de premier plan, des résistants de la première heure n’aient pas été décorés lors de la remise des « Ouissams » par le souverain. Les plaignants reprochent au service du protocole royal en charge de la constitution des listes des personnes à décorer d’avoir délibérément oublié ceux qui méritent de telles décorations pour leurs actions héroïques passées pour la libération du Sahara du temps de l’occupation espagnole au profit d’individus arrivés sur les devants de la scène politique locale sur le tard et qui sont poussés par leurs puissants réseaux sans avoir jamais réalisé des faits d’armes pour mériter les honneurs qui leur sont rendus à présent. Reste que le protocole royal ne peut en aucun cas être accusé de favoritisme.

Si la polémique enfle aujourd’hui et fait grand bruit pour être arrivé aux oreilles du souverain, elle est surtout à mettre sur le compte des rivalités et des jalousies inter-tribales traditionnelles dans cette région, bien que cette affaire se soit répandue comme une traînée de poudre parmi la population et dans les médias présents en masse à Lâayoune pour la visite royale.

Commentaires