PARTAGER
Les horizons se sont assombris pour le festival international du film de Marrakech depuis le départ précipité et inattendu de ses principaux organisateurs au lendemain de la dernière édition qui n’ont pas vu leur contrat être renouvelé pour un nouveau bail alors qu’ils en avaient tenu les rênes et fait la pluie et le beau temps depuis son démarrage, avec à leur tête, la très controversée directrice générale, Mélita Tosccan Du Plantier.
Par une étrange coïncidence, la dernière année de ce contrat s’est déroulée sur fond de nombreux ratages comme l’absence du cinéma marocain dans la compétition officielle ce qui avait beaucoup irrité le président du festival, le prince Moulay Rachid par ailleurs remonté contre l’équipe française pour des erreurs protocolaires. Une fois partie, cette équipe qui avait commencé par donner des signes d’essoufflement, des rumeurs avait circulé sur son remplacement par une entreprise de production britannique très connue sur le marché mais qui n’a jamais été finalement présentée officiellement, ni au demeurant démarré ses activités. Le festival devant se dérouler dans six mois, il est étonnant de constater que pas la moindre information ne circule ni sur l’identité de l’équipe qui a pris la relève ni sur le programme qui aurait déjà du être ficelé avec l’annonce du jury et son président.
Pour toute réponse, les journalistes qui ont voulu en savoir plus, se sont vus prier d’attendre un communiqué officiel. Depuis, ils attendent en ne misant plus sur la tenue du festival cette année.

Commentaires